Télétravail

Cela va faire plus d’un an que j’ai changé de métier et fait le choix de travailler en région parisienne. Mon nouveau métier me passionne, mais je ne voulais pas demander à ma famille de me suivre dans l’enfer de la vie parisienne. J’ai donc fait le choix de négocier lors de mon entretien d’embauche la possibilité de télétravailler deux jours par semaine. Pour ceux que cela pourrait intéresser, je fais un point sur ce thème dans ce billet.

Tout d’abord, j’ai conscience d’avoir la chance de travailler dans une entreprise qui a mis en place le télétravail, avec comme arrière pensée d’améliorer le confort de ses salariés. D’autres entreprises mettent en place le télétravail avec comme objectif de diminuer le nombre de bureaux, de mettre en place des bureaux partagés, pour diminuer les charges. Ce n’est pas le cas de mon entreprise où l’idée est vraiment de permettre aux salariés qui le souhaitent, et dont la fonction le permet, de travailler depuis chez eux jusqu’à deux jours par semaine.

Avant de me lancer dans l’aventure, j’ai beaucoup réfléchi aux conséquences de mon changement d’emploi : il me fallait intégrer le coût de location d’un petit appartement près de ma nouvelle entreprise, plus le coût du déplacement en train (900 km par semaine). Et au delà du coût, la vie loin de ma tribu pendant une partie de la semaine. Enfin, quand je dis que j’ai beaucoup réfléchi, j’ai surtout beaucoup discuté avec ma femme qui a été un soutien formidable dans ce projet. Il faut dire qu’elle voyait bien l’état de souffrance dans lequel j’étais dans ce qu’était devenu mon ancien métier (lire la série de billets “25 ans dans une startup” pour le comprendre).

Cela fait donc maintenant un an que je travaille trois jours sur place en région parisienne, et deux jours en télétravail chez moi “en province” comme on dit à Paris. Et comme j’ai choisi les jeudis et vendredis comme journées de télétravail, elles sont logiquement suivi des deux jours de repos du week-end (je suis salarié et je travaille du lundi au vendredi). Je prends le train le dimanche après-midi pour Paris, et le mercredi soir pour rentrer chez moi.

Je savais que le fait de rentrer chez moi le mercredi soir allait représenter en soi un piège. En effet, très vite, l’impression d’avoir un grand week-end de quatre jours est apparue comme très agréable, et à ma grande surprise, une partie de moi avait du mal à se discipliner pour être aussi efficace le jeudi que si j’étais “au bureau”.

Après plus de trente années passées à travailler de manière classique, je découvrais qu’une partie de mon efficacité se trouvait dans ma présence physique au boulot : un mélange d’habitudes, de manque de tentation et du regard des autres faisait que j’étais productif. Et là, je me suis retrouvé tout seul le matin, en pyjama, à devoir me traîner jusqu’à mon bureau…

J’ai donc découvert une facette de ma personnalité : j’ai besoin d’un environnement de travail. C’est ma première leçon : se découvrir soi-même avec honnêteté.

Pour être honnête avec mon employeur, qui me fait confiance (dans une certaine mesure), j’ai donc mis en place un rituel assez précis. Tout d’abord, j’ai transformé une pièce de la maison (la chambre d’amis) en bureau professionnel : j’ai retiré tout ce qui est personnel (cadres, dessins d’enfants etc.) en créant un lieu où il est possible (même si extrêmement improbable) de recevoir une personne dans le cadre d’une réunion professionnelle. Le cadre est neutre, avec une décoration liée à mon métier dans la sécurité informatique (des tableaux d’analyses de risque, des tips, et une photo de Snowden ;-). J’ai un bureau propre, sur lequel mon matériel informatique est installé, et seulement lui. Pas de goodies improbables comme j’en ai dans mon bureau d’expertises informatiques. Et donc, j’ai DEUX bureaux : un bureau pro et un bureau foutoir (que j’aime d’amour).

La deuxième règle que je me suis imposée concerne la tenue vestimentaire. Comme toutes les entreprises, celle où je travaille a un “dress code”. Il est plutôt cool, mais le pyjama n’en fait pas partie. Je suis donc rasé et habillé comme si j’avais une réunion avec mes collègues. Et cela tombe bien, l’entreprise utilise Skype for Business comme moyen de téléphonie, avec la possibilité de faire des téléconférences. Et on ne s’en prive pas ! J’ai même la chance de pouvoir utiliser un robot de téléprésence pour être plus “présent” lors de certaines réunions, et ne pas dépendre d’un système fixe de vidéoconférence : j’entends et je suis entendu parfaitement, je choisis ma place autour de la table, je regarde dans la direction que je souhaite, et personne ne malaxe de papiers bruyamment au dessus de mon micro… Je pose ici une image (c’est un robot de la marque Beam).

On peut se déplacer partout, mais pas ouvrir les portes…

La troisième règle concerne les horaires. Je suis au travail à la même heure en télétravail qu’en présentiel. J’embauche à 8h et je débauche vers 18h, avec une pause méridienne d’une heure. L’ÉNORME différence est qu’il ne me faut que quelques secondes pour embaucher ou débaucher. C’est d’ailleurs aussi une difficulté qu’il faut gérer, et c’est le rôle de la 4e règle.

La 4e règle est à discuter avec son conjoint : pendant mes heures de travail, je ne suis pas disponible. La tentation est grande parfois, de demander un coup de main pour un clou à planter ou un bricolage à faire. Bien sur que je le fais à chaque fois, mais cela doit rester très marginal. Il faut le voir dans ce sens là : en cas de coup dur, je suis présent, mais en cas de coup dur seulement.

La 5e règle va sembler un peu bizarre, mais elle s’est mise en place assez naturellement. Mon épouse a son cabinet dans une dépendance de la maison spécialement aménagée lors de la construction (salle d’attente, parking, etc.). Pourtant, nous ne nous obligeons pas à manger ensemble le midi. Chacun est autonome et se prépare son repas. Cela peut sembler peu chaleureux, mais cela nous permet de gérer nos contraintes horaires professionnelle de manière plus souple.

Une fois ce cadre posé, j’ai réussi à convaincre mon manager que j’étais aussi efficace que si j’étais sur place 5 jours pleins, et même plus car j’ai beaucoup moins de distractions ou d’agitations perturbatrices. Je travaille mieux et plus concentré. Je suis moins fatigué.

Mais comme j’habite près de la mer, mes collègues n’arrivent pas à m’imaginer autrement qu’en train de bronzer sur la plage. J’ai fini par arrêter de chercher à les convaincre. Je leur montre que j’avance sur mes dossiers surtout quand je suis en télétravail.

Si je dois faire un bilan personnel, et sous forme de conclusion, je dirai que le télétravail, c’est formidable, mais qu’il faut prendre en compte sa propre capacité à travailler en toute autonomie, quitte à trouver des astuces pour y parvenir. Et que cela ne conviendra pas à tout le monde. J’y suis arrivé, mais à ma grande surprise, avec des efforts que je ne soupçonnais pas au départ.

10 réflexions sur « Télétravail »

  1. Bonjour

    Merci beaucoup pour ce retour.
    Une grande honnêteté que de reconnaître que le télétravail nécessite une auto-discipline que l’on apprends pas forcément à l’école ou dans un cadre de travail “classique”.
    Mais malgré les difficulté, c’est bien quelque chose qui me tente.
    Profitez bien des soirées parisiennes, il y a tant de chose à faire.

  2. Merci pour ce retour. Je suis moi-même 100% remote dans un espace de co-working. Je vais sur Paris quand je le souhaite pour aller voir mes collègues. Pas simple d’être loin de ses collègues… Ça me fait toujours énormément de bien quand je vais les voir (j’essaie de me fixer 1 fois / 2 semaines).

  3. Très bonne analyse de votre expérience télétravail avec une prise de vue qui permet de confirmer que le télétravail n’est pas fait pour tout le monde et pour tous les métiers.
    Ce n’est pas une solution magique mais une nouvelle forme de travail qui doit être intégrée dans l’organisation générale de la structure.
    Formation et accompagnement permettent d’assurer la pérennité du système.
    Merci !!

  4. Les mots sont dits : l’enfer de la vie parisienne. J’ai quitté Paris depuis 3 ans et pour rien au monde je n’aimerais y revenir même pour travailler 3 jours par semaine. Pour le télétravail, j’avoue ne pas être un grand fan mais les conseils donnés sont simples et efficaces pour être productif. J’imagine que pour un métier exceptionnel (emploi non disponible dans la région) il faut des dispositions exceptionnel (pièce supplémentaire, trajets, rituels), donc de ce point de vue là c’est une bonne chose si tu y trouve ton compte.

  5. Salut,

    Le plus difficile est peut-être de mélanger dans la même semaine TT et plateau. La routine du travaille à la maison permet aussi d’être très productif, mais pas par le stress de l’environnement. En fait, le travail à la maison est historiquement plus courant que le travail en bureau.

  6. Merci pour ce retour très intéressant.
    Je pense que tout est dit ou presque, et qu’on a tendance à se reconnaître dans la description des étapes et des écueils à éviter (je pense que ça serait mon cas).
    Il n’est pas impossible que, si j’ai l’opportunité du télétravail, je m’en fasse un “petit livre blanc”.
    On aurait même pu nommer cela : “Règles et usages pour un télétravail productif”… voire “Le télétravail pour les nuls”.
    Bof … 😀
    Cordialement,

  7. Le coup des collègues qui imaginent le collaborateur à la plage ou à la piscine c’est un grand classique que j’ai pu constater dans plusieurs sociétés. Le sud de la France alimente tous les fantasmes et surtout toutes les envies. 🙂

  8. Bonjour, j’ai pris plaisir à lire votre article, il est assez détaillé et je me retrouve dans certain piège à éviter. J’ai cru comprendre que vous n’êtes pas tout jeune 😉

    Est-ce que cela ne rends pas les choses encore plus difficile pour vous adaptez ?
    La prochaine étape 5J/5 en télétravail ?
    Est-ce que vous avez passé facilement le cape de justification vis à vis de vos collègues et manager ?

    Bonne continuation,

    • Bonjour, j’ai 56 ans, donc je ne suis plus de la première fraîcheur, mais je ne me sens pas non plus complètement moisi. L’adaptation au changement est une préoccupation essentielle de beaucoup d’informaticiens. En tant qu’enseignant, je modifiais 20% de mon cours chaque année. Travaillant maintenant dans la sécurité informatique, j’apprends tous les jours énormément de choses : des concepts, des méthodes, des techniques. Je me suis toujours considéré comme un “éternel étudiant”. J’adapte aussi l’expérience que j’accumule, car rien n’est inscrit dans le marbre, pas même l’expérience.

      Je ne pense pas être capable de travailler correctement 5j/5 en télétravail, car je ressens le besoin d’échanger de manière informelle avec les collègues. Ces moments sont souvent les plus importants en matière de travail, et le télétravail ne les permet pas.

      Quant à votre dernière question, concernant le cap de la justification vis à vis de mes collègues, je n’ai eu aucun effort à faire : je n’ai pas besoin de justifier ce fonctionnement, car il était acquis dès mon arrivée, et correspond à une disposition mise en place par l’entreprise. Donc, je souris aux blagues (car elles sont drôles), mais je travaille sans avoir les pieds dans l’eau (ni sur le sable).

  9. J’ai presque l’impression de me lire 🙂 Je vis sur le bord de mer, je télétravaille 3j/semaine. Par contre je me suis autodiscipliné dès le début (bureau neutre, code vestimentaire, pas d’interruption) car j’ai testé le mode de télétravaille avant de l’adopter définitivement.
    Si je le pouvais je souhaiterai même encore plus de flexibilité dans la gestion du temps de travail, pouvoir choisir quand je veux me rendre dans les locaux de l’entreprise en fonction de mes rendez vous plutôt que 2 jours fixes/semaine.

Répondre à Alex Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.