Le grand-père

J’ai trois enfants, deux filles et un garçon, et à chaque fois que l’un d’entre eux approchait de la puberté, j’ai abordé avec eux le problème d’être prématurément parent. Autant dire que les discussions étaient particulièrement délicates, surtout que j’abordais la question à table lorsque nous étions tous les cinq réunis…

Il n’est pas facile pour moi d’aborder la question de la sexualité avec mes enfants. Je vois tellement leurs réticences à en parler, surtout avec leur daron. Et puis, je suis sans doute plus à l’aise à l’écrit qu’à l’oral, surtout sur ces sujets très sensibles. Pour autant, je n’ai pas essayé d’y échapper et je pense avoir fait ma part, en abordant certains sujets de mon propre fait, et en laissant à mes enfants la liberté de me questionner (ce qu’ils n’ont jamais fait, cela doit être un mauvais signe…).

L’idée était de désacraliser le problème, d’éviter un isolement en cas de grossesse non désirée, et de montrer à mes enfants que je serai toujours à leurs côtés.

J’ai donc évoqué très subtilement la question de manière parfaitement indirecte : j’ai prononcé, à table, avec un ton parfaitement sérieux, une phrase parfaitement sortie de nulle part : je suis prêt à être grand-père.

Il est faible de dire que l’effet escompté n’a jamais été celui que j’attendais. Et j’ai malgré tout récidivé deux autres fois, toujours de la même manière. Je vous laisse imaginer les yeux au ciel, les réactions outrées, voire les réflexions du type “encore une blague-de-père” (chez nous, les blagues-de-père sont des blagues que je fais et qui me font beaucoup rire, mais qui ne font rire que moi. Je pense que mon humour est incompris, vous pouvez relire ce billet pour vous en convaincre). Toujours est-il que j’étais persuadé que cela semait dans leur tête l’idée que je serai toujours à leur côté “au cas où”.

Le temps est passé, leur adolescence s’est envolée, et malgré toute ma maladresse, j’espère qu’ils m’ont pardonné et admis que j’ai fait de mon mieux : j’ai essayé de leur donner un cadre tout en leur laissant des libertés, de les laisser vivre leurs expériences tout en étant attentif… L’atrocité des images et films que j’ai eu à analyser dans le cadre de mes expertises judiciaires n’a jamais pris le pas sur la soif de liberté que je voulais leur transmettre (ni sur leur vie privée).

Et puis, est arrivé ce qui devait arriver : depuis ce samedi 10 février 2024, je suis l’heureux grand-père d’une magnifique petite fille 🙂 )

Plus de quinze ans que je me prépare à ce moment ! Alors même que ma fille ouvrait son blog avant moi ! Me voici donc grand-père depuis quelques jours, mais au courant quand même depuis de nombreux mois, j’ai donc eu la possibilité de me préparer correctement sur le sujet le plus IMPORTANT : comment ma petite fille allait-elle m’appeler ?

Il y a plusieurs courants de pensées sur ce sujet vital : certains se font appeler “papy”, d’autres plutôt Papito, Grand’pa, Pépère, Pito, Papichou, Daddy, Papili, Bon pap’s, Papidou, Babou, Babouchka, Bon Papa, Dada, Grand-père, Gronpère, Opa, Païli, Palou, Papé, Papepa, Papick, Papilou, Papilux, ,Papinou, Papiro, Papito, Papo, Papou, Papoum, Papounet, Payou, Pépé, Pépoune, Pitou, Popy, Pypa…

J’ai opté pour une voie alternative : Papy + un caractère alphanumérique à choisir parmi {la 1ère lettre de mon prénom, un caractère spécial, un chiffre}. Je n’en dirai pas plus.

Il me restait à choisir de même un pseudo à utiliser à l’occasion sur mon blog, et ce sera… PapyZ (à prononcer comme les conteneurs chiffrés Papy-Zed! 🙂

Enfin grand-père ! J’ai tellement de choses à lui raconter : Tu sais que PapyZ est né juste après le perceptron et qu’il a mis au point les premiers algorithmes d’apprentissage supervisés pour les réseaux de neurones récurrents, bien avant l’arrivée de l’IA générale qui nous gouverne tous aujourd’hui.

Elle va adorer.

Source https://deepai.org/machine-learning-model/cyberpunk-generator

11 réflexions sur « Le grand-père »

  1. Félicitations Papom (ça rime avec zythom non ?), et à la famille qui s’est créée ! Ça fait grandir tout ça…
    Les blagues de père existent un peu partout je crois, tu pourras continuer avec les blagues de papy…

  2. Félicitations! 🙂
    Ca va être des moments sympa à vivre avec votre petit(e) enfant 🙂 Avoir un papi geek, la classe 🙂

    “Il n’est pas facile pour moi d’aborder la question de la sexualité avec mes enfants. Je vois tellement leurs réticences à en parler, surtout avec leur daron”
    J’ai observé cela chez pas mal de gens de ma génération (X). Je ne sais pas si c’est une question générationnelle ou si un genre de tabou de l’inceste nous bloque du coté enfant comme parent. Chez moi l’explication des “choses de la vie” a été faite par le biais de livres et des propos de tontons/tatas parrains/marraines.
    Peut être que chez les jeunes générations internet facilite les choses… ou pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.